L’informatique doit-elle s’écrire uniquement au masculin ?

C’est à la lecture de l’article du Monde de décembre 2017 dont le titre est très évocateur “Les femmes de plus en plus minoritaires dans le secteur de l’informatiqueque l’idée de se pencher sur la question de la parité dans une PME d’informatique high tech m’est venue : que se passe-t’il à Geomatys dans le domaine ? en tant que DRH ai-je la possibilité d’inverser la tendance ? comment encourager la parité chez nous ?

 

Petite histoire de Geomatys : Geomatys a 13 ans, fondée par deux passionnés d’informatiques (de vrais Geeks). L’entreprise est spécialisée dans le traitement de l’information de géointelligence, conçoit et intègre des solutions logicielles, à destination notamment des acteurs des secteurs Défense, Surveillance et gestion des risques, l’Environnement et les Smart territoires ainsi que l’Observation de la terre. Les solutions proposées facilitent la prise de décision. C’est donc une entreprise à très forte technicité.

Depuis, l’entreprise a grandi jusqu’à une quinzaine de personnes, majoritairement techniques et le nombre de femmes n’a jamais représenté plus de 20% de l’effectif.  

Une petite anecdote illustre parfaitement ce qui nous est  arrivé dans le domaine : en juin 2017 nous avons reçu la visite d’une stagiaire de Master 2 Info de Montpellier, elle passe un entretien avec l’un des chargés de projet de Geomatys et un de nos développeurs. Le sujet de stage, un peu complexe, lui plait et elle fait le tour des bureaux … pose un certain nombre de questions et puis… arrive une question à laquelle nous ne nous attendions pas : “mais il n’y a que des hommes chez vous”…. Malheureusement, elle n’a pas souhaité donner suite au recrutement, dommage. Y a-t-il un lien de cause à effet ? On ne le saura jamais, mais l’expression sur son visage à cet instant-là était éloquente ! Je me suis dit que c’était un sujet dont il fallait que je m’occupe.

 

Les questions que je me suis posées à ce moment-là :

  • Comment ne plus reproduire le scénario précédent ? Comment retenir les meilleures compétences féminines ?
  • Quelles difficultés pourraient rencontrer les femmes à travailler dans un secteur et environnement majoritairement masculin ?
  • Y a-t-il des choses à mettre en place pour leur indiquer qu’elles ont leur place dans cet environnement de machines et d’algorithmes ?

Nous avons une politique de fidélisation de nos développeurs qui ont un niveau d’expertise élevé, ne nous permettant pas d’investir sur des profils trop vagabonds. Notre taux de turn-over est donc très faible. Comme semble l’indiquer l’article cité en référence, la proportion de “développeuses” est très faible, la probabilité pour une PME de pouvoir en accueillir une devient infinitésimal.

En tant que DRH, femme, j’ai commencé par la mise en quarantaine des blagues sexistes (appelées dorénavant, par certains, les “blagues du vendredi”). La politique active de sourcing de profils féminins à compétences égales par ailleurs, ma présence systématique  lors de l’accueil des stagiaires féminines… devraient aider un peu à rétablir l’équilibre chez Geomatys.

 

A notre échelle, nous réfléchissons à ce que nous pouvons faire de plus : parrainage et cooptation de profils féminins, explication de notre souhait à nos écoles partenaires… en attendant que les formations en informatique se saisissent du problème qui semble ne faire que s’accentuer.

Pour l’immédiat, l’arrivée en août d’une alternante spécialisée dans le traitement Big Data va nous permettre de passer à 3 femmes… En attendant plus…

La parité n’est pas un but en soi mais un moyen comme les autres d’ouvrir et de sensibiliser l’entreprise à toutes les préoccupations de la société…. celles des hommes tout autant que celles des femmes…..

Si vous avez des idées ou des solutions qui ont fonctionné, dans le domaine, je serais curieuse d’en avoir connaissance; n’hésitez pas à me contacter.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “L’informatique doit-elle s’écrire uniquement au masculin ?”